INPBPM Mettre un terme à l'impunité

Il faut mettre un terme à l'impunité dont profitent plusieurs responsables de mauvaise gestion", a déclaré pour sa part Mohamed Tarek Sbaï, président de l'Instance nationale de protection des biens publics.

 

 


Des ONG et des médias ont salué samedi la publication d'un rapport de la cour des comptes (CC) marocaine qui met en cause la gestion administrative et financière de plusieurs  établissements publics, en souhaitant que ces révélations aboutissent à des mesures concrètes.


Plus de 130 missions de contrôle de gestion ont été effectuées en 2008 par la CC, précise ce rapport, dont les conclusions doivent être présentées au roi Mohammed VI. 


Publié cette semaine, le document relève des "irrégularités" dans la gestion de nombreux établissements publics et collectivités locales, selon la presse et des ONG marocaines.


Selon la presse, le rapport cite notamment pour leur mauvaise gestion ou pour des négligences la Marocaine des jeux et des sports, la Société nationale de transport et de logistique, l'université Aci Ayyad de Marrakech ou encore le ministère de l'Energie et des Mines.


L'Office national des aéroports (ONDA) figure aussi parmi les établissements mis en cause par la CC. Celle-ci lui reproche notamment le "manque de clarté et de précision dans l'octroi et la réalisation de dépendances de l'aéroport de Casablanca".


"Il faut se féliciter de tels rapports, mais il doit y avoir une suite judiciaire. Sinon, leur crédibilité en sera affectée", a déclaré à l'AFP Azeddine Akesbi, universitaire et membre de Transparency-Maroc.
"C'est le deuxième rapport qui met le doigt sur les irrégularités de certains établissements de l'Etat, ajoute M. Akesbi. En 2007, la CC avait également publié un rapport critique pour l'année 2006.


"Il faut mettre un terme à l'impunité dont profitent plusieurs responsables de mauvaise gestion", a déclaré pour sa part Mohamed Tarek Sbaï, président de l'Instance nationale de protection des biens publics.


Selon le quotidien Al Bayane (francophone, gauche modérée), les "compétences de la CC doivent être élargies afin de toucher tous les aspects des malversations commises au détriment du pays et des citoyens".


La CC au Maroc est chargée du contrôle de la gestion des organismes publics et de l'emploi des fonds. AF


http://belgomag.be/index.php?option=com_content&view=article&id=444:maroc-critiques-sur-la-gestion-publique-apres-publication-dun-rapport&catid=107:actualites


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Copyright © Instance Nationale de protection des Biens Publics au Maroc - Blog créé avec www.e-monsite.com email :inpbpm@ifrance.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×